Défilé Chanel, collection prêt-à-porter automne-hiver 2019-2020

Des sommets à perte de vue, une rue et des chalets enneigés. Cette saison, le Grand Palais s’est métamorphosé en paisible village de montagne. C’est dans ce paradis blanc, plus vrai que nature, qu’a été présentée l’ultime collection prêt-à-porter automne-hiver 2019/20 dessinée par le regretté Karl Lagerfeld. Un décor somptueux imaginé par le Kaiser et par Virginie Viard qui lui succède.

Portant des brogans rehaussés d’une semelle plateforme, protégés par des fedoras de tweed, les élégants montagnards s’emparent de l’esprit des dandys romantiques pour se promener dans la neige poudreuse. Créées par Karl Lagerfeld et Virginie Viard, les silhouettes de la collection sont réchauffées par une garde-robe aux accents masculins/féminins, un cachet majeur du style Chanel. Une palette de blanc d’hiver, de beige, de noir et de bleu marine est ponctuée d’éclats de violet, de fuchsia, de brique et de vert émeraude. Motif pied-de-poule, tartan et gros carreaux, épaississement de flocons de neige, en chevrons ou en imitation d’astrakan, cousu dessus et matelassé, le tweed affiche sa masculinité sur des costumes avec un pantalon large porté haut à la taille, associé à de superbes pardessus. Fermé par un col haut ou un col châle et une mini cape, rehaussé d’un boléro en trompe-l’œil ou d’un revers en fausse fourrure, parfois agrémenté de martingales, droit ou à double boutonnage, trapèze ou ceinturé, maxi-poches fendues ou boutonnées et pliées en bas, les manteaux sont différents à chaque fois.

Gros carreaux et vestes en tweed

Les vestes en tweed sont garnies d’une tresse de laine épaisse, tissée ou laissée presque crue. D’autres révèlent un col évasé et un boléro en trompe-l’œil. Les gros pulls en maille douce alternent avec des pulls brodés de cristaux et de cardigans à motifs de montagne. Les tenues de ski se mêlent aux tenues urbaines : une doudoune est habillée d’un pantalon large en tweed à gros carreaux, tandis qu’une combinaison de ski à glissière est en tweed tricolore. Tressées ou ornées d’une poche plaquée pour glisser un forfait de ski, des petites vestes en tweed sont combinées à une jupe crayon et à une combinaison de sur-veste et de pantalon large en cuir.

Une collection d’une grande douceur

Foulards tricotés en mousseline de soie brodée portée contre la peau nue, grands chemisiers à jabots, sautoirs de chaînes et de perles de verre, colliers en plastron et boucles d’oreilles en perles blanches… la collection est d’une grande douceur. Le désir de confort sophistiqué émane des silhouettes. Une délicatesse très féminine s’échappe de ces maxi volumes enveloppants. Il coule sur les hauts, les jupes et les robes seconde peau en mousseline de soie blanche sur laquelle sont imprimés des mini skieurs et des télésièges CC, avec des cols festonnés et des volants qui flottent au rythme des mouvements du corps. Le romantisme regorge de capes en laine, de robes à col Claudine et de rangées de panneaux arrondis, de jupes en guipure enneigée et de smokings blancs en satin duchesse. Enfin, la “boule de neige“.

Cuir matelassé, tweed duveteux et fausse fourrure pour les sacs

Les sacs correspondent aux tons des saisons à la montagne : en cuir matelassé lisse noir ou blanc, en tweed matelassé souple avec un fermoir double en C entrelacé de cuir, un rabat en fausse fourrure ou un étui à appareil photo en peau de mouton tressée. Les bourses amovibles sont attachées à de petits sacs à bandoulière. Des sacs à hanches en fausse fourrure ou en cuir brodé de camélias brillants alternent avec des minaudières télécabines en résine de rhineston. Les sacs emblématiques de la Maison slaloment joyeusement entre l’esprit chalet du sac Gabrielle en cuir et tweed duveteux à carreaux Chanel, une inspiration givrée pour le 11.12 brodé de paillettes et son énergie 100 % schussée pour le 2.55 en cuir matelassé orange fluo. Une vestiaire d’hiver luxueux et élégant, plein de fraîcheur audacieuse. Quel magnifique travail !